Le Hong Thaï : article dans Le Huffington Post

Thai5

> Voir l’article

_______________________________________________________________

LA GALERIE « ET POURTANT » PRÉSENTE L’EXPOSITION LÊ HONG THAI DU 28 AU 30 MARS 2014 AU SALON DU DESSIN CONTEMPORAIN DDESSIN – STAND B9 - ATELIER RICHELIEU 60 RUE DE RICHELIEU PARIS 2ème


Du 28 au 30 mars 2014
Vendredi 28 mars de 11h à 19h
Samedi 29 mars de 11h à 20h
Dimanche 30 mars de 11h à 18h

 

« On ne peut séparer l’artiste Lê Hong Thaï du contexte dans lequel il est né. Originaire de Hai Phong, Vietnam, il a grandi dans un environnement socio-économique d’après guerre. Au début des années 90, le Vietnam est en pleine Renouveau mais l’Association des artistes plasticiens du Vietnam exerce un strict contrôle.  A cette époque, les salles d’expositions sont rares. L’Alliance Française de Hanoi s’intéresse à l’art contemporain et organise quelques expositions. Mais le lieu culte est le Salon Natasha. Lê Hong Thaï, séduit par la liberté d’expression et l’esprit collectif qui caractérise Salon Natasha, participe aux activités organisées par les artistes du lieu.

Au début des années 2000, l’économie commence à se stabiliser et la période rénovatrice n’a plus rien de nouveau. Malgré la levée de certaines restrictions, les autorités continuent à exercer la censure. Les nouvelles formes d’expérimentation en art sont entravées par des interdictions de diffusion et d’exposition dans les lieux public. Lê Hong Thaï est accusé de provocation pour une œuvre figurative qui, d’après un journaliste, ressemble étrangement à Ho Chi Minh. Soumis à un interrogatoire par la police culturelle, l’artiste ne nie pas l’interprétation de ce tableau mais il ne l’avoue pas non plus. Dès lors, il est placé sous surveillance.

Ses œuvres désormais figuratives s’épurent de détails superficiels. Ses tableaux, peuplés de figures immobiles traduisent toujours un sentiment de solitude. Les personnages se meuvent dans un univers vide, silencieux. Ils sont comme en dehors du temps, en suspension. Le Hong Thaï ne cesse de rappeler la précarité de tout équilibre, de toutes postures. »

Nora Annesley Taylor,PhD
Alsdorf Professor of South and Southeast Asian Art
School of the Art Institute of Chicago, USA